KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
start1AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 Marathon de Kasterlee 27.07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Marathon de Kasterlee 27.07   Lun 21 Juil - 14:14

Ce dimanche a lieu le marathon de Kasterlee ( 21 km; 14 sur canal dont 3 écluses, puis portage sur 1.200m et remontée de la kleine Nette sur 7 km)
On peut le faire en compétition mais aussi en rando
Carl, Schwalbe et moi y allons; d'autres candidats?
Attention, il faut s'inscrire le plus vite possible sur le site du club.
Et le beau temps est annoncé...
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Marathon de Kasterlee 27.07   Lun 28 Juil - 9:06

Superbe journée passée à Kasterlee; 21 km dont 7 à contre-courant, une ambiance du tonnerre, 25 inscrits pour ce marathon et un merveilleux cadre entre canal campinois et la Petite Nette; un départ de dingue( ça "arrache" des k1 !!) sous un soleil magnifique.
Grand merci à Carl; Cristina, Hilde, Koen, Dominique, Schwalbe,Marina et chapeau au club de Kasterlee !!
Revenir en haut Aller en bas
Carl Mac G




MessageSujet: Re: Marathon de Kasterlee 27.07   Lun 28 Juil - 10:01

Oui, excellent journée - , il a été dur mais ça a valut la peine !! Chapeau Lucien, Jacques et Koen qui on participé par première fois et en plus en K1 sans soucis! Et chapeau aussi le trés bonne equipe de soutient !
J'ai envie de voir les photos !!
A propos, selon les résultats il y avait 54 inscrits, le temps le plus vit: 1h.39.47
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Marathon de Kasterlee 27.07   Lun 28 Juil - 22:05

Une première pour toute l’équipe bruxelloise présente hier dimanche 27 juillet à Kasterlee. A tout seigneur, tout honneur : commençons par Carl ! Routinier des marathons, c’est la première fois qu’il s’alignait à Kasterlee. L’endroit était également le baptême du feu pour son nouveau K1 Roman. Avec une belle couleur jaune vif, impossible de le rater sur l’eau, même si nous n’avons vu son dos que… quelques minutes. Sa maîtrise, son endurance et sa puissance ont tout de suite fait la différence sur nos petits bras. Pour le jeune Koen (14 ans et un bel avenir de kayakiste devant lui), première épreuve « pour de vrai ». Fameux baptême, sachant que deux jours avant il a mangé 21 kilomètres en allant d’Anderlecht à Halle en K1 Ranger, et rebelotte le jour avant l’épreuve : en deux jours 42 kilomètres, à 14 ans et après seulement quelques semaines d’initiation !! Bravo Koen !! Baptême du feu pour Lulu et moi, on s’est mis au k1 depuis le début du beau temps, avec des fortunes diverses et de nombreux bains involontaires. A défaut de bien contrôler l’équilibre, on maitrise le vidage des bateaux et la remontée en situation parfois compliquée. Et une seule envie vissée à la pagaie : finir l’épreuve, quelque soit le temps mis pour parcourir les distances en kayak et en portage. Après un rendez-vous presque groupé au sympathique chalet du KKC (Kasterlee Kayak Club), on s’organise pour départager les véhicules qui resteront au KKC, l’arrivée de l’épreuve, et ceux qui rejoindront le point de départ avec les bateaux et les vélos pour la belle équipe accompagnante. Car les quatre pagayeurs ont le privilège de se faire suivre en « direct live » depuis la berge par des cyclistes de charme, Cristina, Mrina, Hilde et Dominique. L’accueil au KKC est magnifique. Un exemple qui démontre la mentalité de ce club : en allant récupérer les dossards autocollant pour nos bateaux, nul besoin de payer, les frais d’inscription : « dit zal voor later zijn » ce sera pour plus tard. On marche à la confiance ici !! Bel esprit. 13h00, on se dirige vers le point de départ à l’écluse n°6 sur le canal Bocholt-Herentals. Le niveau de l’eau est sympa car situé à peine 30 cm en contrebas de la berge. On se sent proche de ceux qui se promènent sur le chemin de halage, et de nos quatre «Charlie’s angels » !!! 13h50, tout le monde se met à l’eau. Certains partent dans des échauffements endiablés. On joue la prudence en se faisant quelques dizaines de mètres en douceur. Il faudra tenir 21 kilomètres. On se regroupe à l’arrière, proche des portes de l’écluse, pour s’approcher doucement de la ligne de départ. A l’avant, les gabarits sont imposants. Les dos en triangle sur pointe, les bras luisants, les bateaux plus étroits que les hanches des pagayeurs qui sont prêt à en découdre, couteau entre les dents. 14h00, le start est donné. Et en quelques secondes un canal paisible se transforme en lessiveuse bloqué sur le programme «rinçage plus ». Cela secoue dans tous les sens. Carl avait eu la gentillesse de nous prévenir mais la réalité dépasse ce que notre imagination avait pu générer. Impressionnant et instable !!!! Il n’y a plus le choix, faut avancer, une seule idée en tête, pagaies, pagaies. Quelques appuis glissés sont nécessaires pour rattraper certains déséquilibres. Il faut entre 5 et dix minutes pour retrouver un début de sérénité et pouvoir enfin se concentrer sur un coup de pagaie efficace sans devoir trop se préoccuper de la stabilité. Au loin, devant cela ferraille dur ! Je devine les premiers qui arrivent déjà au premier portage. On voit des kayaks qui coupent et recoupent les trajectoires pour arriver les premiers au site pour sortir de l’eau. Cela ressemble à un sprint permanent. Quand j’arrive au débarquement la petite montre montée à l’avant de l’hiloire indique 14h16. On s’accroche comme on peut à la berge, on sort, un sourire à notre équipe de photographes et on essaie de courir avec le bateau à bout de bras. Les organisateurs avaient placés des personnes aux intersections pour bloquer les cyclistes et les automobiles afin que l’on puisse rejoindre l’aval des écluses sans risque ! Bravo au KKC. Et hop, on place le kayak sur l’eau, on boit un peu d’eau, et on repart pour le second bief. Et là commence une longue ligne droite. Sans doute plus difficile mentalement que physiquement mais elle semble sans fin. Les distances se sont creusées. On ne voit plus l’avant course, toujours entrain de ferrailler, notre Carl fait partie des « rapides » et il y a longtemps qu’il a disparu, loin devant. Et pourtant le second portage arrive ! 14h42 sur la montre, même scénario, on sort, on court, on boit, et on repart. Les premières fatigues se font sentir, légèrement, le poids de l’Elio Shadow, fait son effet sur les muscles, au prochain portage, je me dis qu’il faudra changer de bras, tant pis pour les secondes perdues à repositionner le bateau dans le bons sens. Ici le bateau est plongé dans une surface verte de micro-algues flottantes. Le canal est vraiment joli. Entouré d’arbres majestueux, de nombreux yachts sont amarrés à proximité des écluses. Un « narrow boat » de toute beauté se laisse caresser du regard. De temps à autres quelques baigneurs barbotent paisiblement. La chaleur fait son effet, je bénis l’inventeur de la casquette. Entre les rayons directs et le reflet sur l’eau, cela cogne ferme. Le troisième portage arrive. Même scénario, on commence à mieux maîtriser la sortie pour gagner un peu de temps, la position de la main pour essayer de relâcher au maximum les muscles durant la course. Il reste le dernier tronçon de canal avant le long portage de 1,2 kilomètres. Une certaine angoisse pointe au creux du ventre. Il faut gérer son effort. Que représente ce long portage ? Si nous avons un peu anticiper la chose en fixant avec du tape, des essieux de skate-board sur le pont arrière, on se demande si le bricolage va tenir, et combien de temps. Le dernier trajet sur le canal est un peu plus sinueux, on coupe les courbes pour gagner quelques mètres et on sort pour le portage. Le temps de mettre le bateau en bonne position, les roulettes sont fixées sur le pont arrière, et on se met à courir en tenant la pointe du bateau le plus bas possible pour ne pas risquer de frotter la pointe arrière sur le sol. Notre bricolage semble tenir. On alterne marche et course. Passage des trottoirs en douceur pour ménager les roulettes. Là encore, il s’agit d’une ligne droite. La bouteille d’eau que j’avais dans le kayak décide de vivre sa vie, sans prévenir. Il faut dire qu’avec l’hiloire vers le bas, ce n’était pas malin de ma part de l’avoir laisser dans le bateau ! Une grande intersection est franchie. Si je me souviens bien de Gooogle Earth, on est au deux tiers du trajet. La taverne qui fait l’angle avec la Kleine Nete est en vue. Pas de chance, une grosse rainure dans la piste cyclable fait tomber les roulettes. Le temps de récupérer le matériel et on termine les deux cents derniers en portage classique. Les cris des touristes en quête de sensations fortes, dans le parc de Bobbejaanland se font entendre. Pas le temps de s’attarder, il faut pagayer. 15h35 affiche la montre. Alors que les premiers mettront plus ou moins 1h40, on se dit qu’ils sont déjà tout proche de la fin de parcours. Il reste 7 kilomètres à remonter un faible courant, à éviter les algues et les quelques touristes qui descendent la Kleine Nete avec des kayaks ou des canoës fournis par des loueurs. Les taons et les mouches sont omniprésents. Les quelques gouttes de répulsif que j’ai sur moi ont suffit à éviter les piqures désagréables de ces insectes. Je retrouve quelques repères. Au passage d’un pont, on est à mi-chemin, allez, encore 3,5 kilomètres, on serre les dents. On essaie de pagayer proprement malgré la douleur, la fatigue et… la soif. Et puis c’est l’avant dernier pont, sur le tablier, je vois Hilde et son fils Koen qui photographie. Sympa, mais que fait Koen là-haut. Le vaillant jeune homme a du arrêter au second portage. Les 42 kilomètres dans les 48 heures précédentes ont fait leur effet ! Il est épuisé. Raisonnable (chapeau à son âge) il vaut mieux stopper. Une belle expérience et vivre un tel départ est vraiment très enrichissant. Cela servira pour les prochaines épreuves. « C’est le métier qui rentrent ». Hilde me signale qu’il reste 800 mètres. Allez, un dernier effort. On balance les dernières forces dans des coups de pagaies vengeurs, on oublie les crampes, la technique ne ressemble plus à grand-chose : « avances, avances, avances » Et puis vient la libération le ponton en contre-bas du KKC. On tente un sprint qui n’en est pas un, plus de jus dans les bras, les dernières forces sont jetées dans l’eau. On glisse sous le pont avant d’atteindre le petit drapeau rouge, signal d’une arrivée, désirée et méritée. Ouf. 16h19 à la montre. Je retrouve Carl arrivé depuis 20 minutes déjà, là encore, son entraînement assidus, sa persévérance et son mental ont fait des merveilles. Bravo Carl. Le temps de papoter un peu et d’aller boire un premier godet, Lulu arrive avec son Ranger. Il est trempé jusqu’aux os. « A deux cent mètres de l’arrivé, une touriste n’arrive pas à manœuvrer son canoë et passe sans vergogne sur le pont de son Ranger. C’est le bain assuré ! Râle, râle et râle ! Le temps de vider le bateau en tentant de rester debout dans l’eau, de s’accrocher à la berge, la tête dans les branches et les feuilles pour essayer de remonter à bord, et l’arrivée arrivent enfin !!! Les filles arrivent à vélo, elles aussi sont méritantes. Les kilomètres à bicyclettes se sont enchaînés sous un soleil de plomb. On décide d’aller récupérer les voitures avec Cristina qui se dévoue comme co-pilote. Et cela nous a permis d’explorer un peu plus la région, en voiture cette fois ! Au retour, le temps de quelques tournées, de recevoir une splendide médaille de troisième place pour Carl, de sympathiser avec les autres participants et il est près de 19h45 quand on quitte Kasterlee. Des images merveilleuses plein la tête. Sur le trajet retour, j’ai l’impression de rentrer de trois semaines de vacances. Merci à l’équipe du KKC, merci à nos patientes accompagnatrices, et bravo à tous. Les photos suivent sous peu.
Revenir en haut Aller en bas
G@ry

avatar


MessageSujet: Re: Marathon de Kasterlee 27.07   Mar 29 Juil - 21:17

Hello, félicitation a vous quatre, et au filles aussi, j’espère être des votre la prochaine fois...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marathon de Kasterlee 27.07   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marathon de Kasterlee 27.07
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARATHON DU BEAUJOLAIS 2009
» Marathon de Bruxelles le 04 octobre 09
» Pti suisse : ---) Semi-marathon de Marseille-Cassis
» 10 km marche 15/11 au semi marathon de Normandie
» marathon et semi marathon ANNECY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: Sorties - randonnées-
Sauter vers: