KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 Test à l'effort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Test à l'effort   Jeu 15 Déc - 20:09

Le kayak n’échappe pas à la tradition de la fin d’année : le bilan et les projets.

Pour les projets, nous aurons l’occasion d’y revenir. Pour le bilan, il est un domaine que l’on néglige souvent : la santé. Qui prend le temps de faire un électrocardiogramme, ou de faire une vraie visite chez le médecin traitant pour vérifier qu’il n’y a pas de souci détectable ?

Quentin et Alain du SKC de Seneffe ont eu l’occasion de faire un premier test à l’effort en 2013 dans les locaux de la Faculté de la Motricité de Louvain-La-Neuve. J’ai eu l’occasion de me joindre à eux pour faire un vrai bilan. Nous avions rendez-vous mercredi à 14h00. Nous arrivons avec un peu d’avance. Chacun de nous trois passe d’abord une visite médicale chez le Professeur Nielens, médecin du sport et enseignant à l’université. Après un entretien classique sur nos pratiques sportives, il prend la tension avant de nous faire subir un électrocardiogramme complet. Le résultat est concluant pour nous trois, et le professeur Nielens nous donne son feu vert pour passer à l’épreuve suivante : le test à l’effort.

Une grande pièce abrite deux cabines isolées où la climatisation permet de contrôler la température, de simuler une altitude variable et différents paramètres liés à la qualité de l'air. Pour nous, les deux opérateurs qui nous entourent ont fixé une altitude 189 mètres avec une température autour de 17°C. L’ergomètre kayak est monté. Il est relié aux ordinateurs du centre. Alain sera le premier à s’épuiser sur l’engin. L’opérateur lui place un capteur qui enregistre les battements du cœur. Ensuite, on lui fixe un masque qui permet de contrôler en permanence l’inspiration et l’expiration. L’opérateur explique la démarche. On démarre le test à une puissance de base de 60 W. Toutes les 3 minutes, un nouveau palier doit être franchi en maintenant une puissance supérieure de 20W. 15 secondes avant chaque nouveau palier l’opérateur viendra répéter une micro-prise de sang en prenant une goutte au lobe de l’oreille. Alain est équipé, et le test démarre. Les premiers paliers semblent facile. Par contre, pagayer sur un ergomètre kayak n’est pas des plus simple. Les sensations sont différentes qu’en kayak. Il n’est pas facile de garder des repères fixes pour les mains. En fonction de ce que l’on ressent, les mains se décalent sous la transpiration. Il faut vraiment se concentrer pour essayer de grader la technique. Alain nous fera 6 paliers et terminera l’épreuve dans un impressionnant état d’essoufflement. 18 minutes et le voilà au bout du rouleau. Purée, cela fait peur. Dans quel état je vais ressortir de ce truc-là ? En attendant, les données enregistrées, sont analysées et préparées pour les explications à suivre.

C’est au tour de Quentin. Comme pour Alain, avant de s’asseoir sur l’ergomètre, il passe sur la balance et sous la toise. On lui applique un nouveau masque et une nouvelle ceinture pour les battements de cœur. Le test commence, avec facilité au début, mais sa main droite a tendance à se décaler vers le centre de la pagaie. A chaque palier, l’opérateur vient lui prendre une goutte de sang. On devine la difficulté supplémentaire : maintenir la puissance, conserver le rythme et se laisser « piquer » l’oreille. Au fur et à mesure des paliers, on devine la fatigue qui s’installe. Les écrans permettent de voir où il en est : le rythme cardiaque augmente au fur et à mesure, et chaque pallier force le palpitant à un effort supplémentaire.Malgré la présence du masque, c’est l’essoufflement qui marque les traits de Quentin. Impressionnant. Au bout du 5ème palier, Quentin rend la main… Musculairement, cela semble tenir mais c’est la respiration qui empêche d’aller plus loin.


Je serai le dernier à prendre place sur ce simulateur. Même équipement, et même puissance de base : 60 W. Facile, le plus dur est d’essayer de rester constamment à cette valeur. Les premières trois minutes passent rapidement. L’opérateur vient prélever la goutte de sang et demande monter à 80W. OK ça roule. J’arrive à me concentrer sur la technique, en faisant attention à la position de mes mains. Le focus est mis sur la puissance, sur le temps et sur l’équilibre entre le coup de pagaie à gauche et à droite pour développer la même puissance à gauche qu’à droite. Le troisième palier approche : 100W La fatigue commence à se faire sentir. Mais à nouveau, l’esprit se concentre pour essayer de rester le plus proche possible de cette valeur. Je force sur la rotation du tronc et la poussée des jambes. Je repense aux conseils de Domii et sur l’expiration. Et voilà déjà le nouveau prélèvement et le 4ème palier. A chaque fin de la période de trois minutes, je suis content de voir arriver l’opérateur mais en même temps, une légère angoisse pointe en sachant que les trois minutes suivantes seront plus dures encore. Et c’est le cas à 120W, il faut vraiment pousser le corps…et l’esprit. A nouveau je tente de penser à autre chose en me reconcentrant sur la puissance de 120W, la technique et l’expiration. Après 1 minute trente, l’opérateur me demande si je tente le palier suivant. Je réponds par l’affirmative. Allez, je tente le coup ! Voilà ce qui sera mon dernier palier, qu’il faut absolument finir pour valider le test. Il n’y a que la volonté qui permet de finir ces trois dernières minutes. Chaque seconde semble durer un siècle. L’opérateur a la gentillesse de m’encourager, il doit constater sur son écran que je suis à la peine et au bout du rouleau. Il reste une dernière minute…longue…très longue. Et la délivrance arrive quand il vient prendre son dernier prélèvement.

La dernière étape, après une douche bien nécessaire, sera l’analyse complète des données. Après le pédigrée de base, on nous explique où nous en sommes au niveau de la PMA (puissance maxi en aérobie), en matière de VO2Max, et de lactate, entre autres. Les questions sont nombreuses et les informations fournies sont passionnantes. Nous voilà chacun avec un joli bilan de santé qui permet de voir ce que nous devons développer chacun en fonction de nos envies et de nos objectifs respectifs. Facturé à 113 euros, le test permet de faire une photo de la condition physique. Bien sûr le risque zéro n’existe pas, si Alain et Quentin peuvent prétendre à des résultats de premier ordre, à 47 balais, il est clair qu’une sélection pour les prochains JO n’est pas à l’ordre du jour. Par contre, du sport-loisir permettant d’assimiler la technique et d’envisager des épreuves au long cours est à envisager avec sérieux. Tant mieux, c’est ce qui me tente le plus.

En quittant les lieux 3 bonnes heures plus tard, une certitude devient évidente : nous reviendrons l’année prochaine.

Pour les photos, c'est ici : https://www.flickr.com/photos/132078890@N02/albums/72157674003956383

Si vous êtes tenté, voici les coordonnées :

Faculté des Sciences de la Motricité
Place Pierre de Coubertin, 1 (1er étage - Aile B)
1348 Louvain-La-Neuve
sabine.mhamed@uclouvain.be
Tél. 32 (10)47 45 28 - Fax 32 (10)47 20 93
www.uclouvain.be/sabine.mhamed

A bientôt sur l'eau,
Revenir en haut Aller en bas
jlc-32

avatar


MessageSujet: Re: Test à l'effort   Sam 17 Déc - 12:55

Merci pour l'info, Jacques Smile
C'est vraiment impressionnant, et autant utile que nécessaire.
Cela nécessite néanmoins d'avoir au préalable de l'endurance ...et du souffle !
On attend avec impatience, les conseils de Dominique pour une bonne respiration Very Happy
Jean-Luc & Marie
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Test à l'effort   Sam 17 Déc - 16:31

Merci à vous deux Jean-Luc et Marie.
Tu as raison, le test à l'effort sur ergomètre kayak prend tout son sens à partir du moment où l'on envisage le kayak en pratique plus intensive. Par contre, un test à l'effort sur 'home trainer-vélo' chez un cardiologue à partie de 40 ou 45 ans, n'a rien de superflu. Nous n'avons qu'une santé, et faire le point est toujours important.
A bientôt sur l'eau,
Revenir en haut Aller en bas
jlc-32

avatar


MessageSujet: Re: Test à l'effort   Lun 19 Déc - 11:29

Schwalbe a écrit:
Merci à vous deux Jean-Luc et Marie.
Tu as raison, le test à l'effort sur ergomètre kayak prend tout son sens à partir du moment où l'on envisage le kayak en pratique plus intensive. Par contre, un test à l'effort sur 'home trainer-vélo' chez un cardiologue à partie de 40 ou 45 ans, n'a rien de superflu. Nous n'avons qu'une santé, et faire le point est toujours important.
A bientôt sur l'eau,

Merci pour le conseil avisé ...en en attendant d'autres sur l'eau Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
 
Test à l'effort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Test à l'effort
» [test à l’effort] -> Comprendre & exploiter les résultats.
» Cardiaques et coronariens
» CENTRE MEDICO-SPORTIF
» Watts et âge..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: La buvette du ponton-
Sauter vers: