KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
start1AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 Marathon k1 de Kasterlee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Marathon k1 de Kasterlee   Lun 27 Juil - 23:22

Hier dimanche, nous étions 7 pour cette course de 21 km : Schwalbe, Kevin, Koen, Hilde ( en duo avec Paul), Bruno, Carl et moi-même,; plus deux merveilleuses accompagnatrices qui nous ont bien soutenus !!
Le parcours fut très joli : 12 km sur canal ( 3 portages) puis 1200 m de SUPERPORTAGE( quelle ligne droite!!!) et finalement 7 km à contre-courant sur la Nete
Les temps sont bons , même si le parcours sur la Nete fut plus difficile cette année, du fait des algues; et nos 2 jeunes ont vaillamment terminé!!
N'hésitez pas à rajouter vos commentaires et photos;
Revenir en haut Aller en bas
Serge
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   Mar 28 Juil - 13:37

Bravo Kevin et Koen !!!
et bravo Hilde mais bon, on ne s'étonne plus d'aucun exploit de ta part maintenant!  Very Happy
Les autres ont fait leurs preuves depuis longtemps mais félicitations quand-même.

Le papy commentateur, depuis le fond de la Ria d'Etel.  Razz
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   Mer 29 Juil - 13:01

Les ‘K’stars à Kasterlee

La pratique du K offre bien des opportunités, dont celle de participer à l’un ou l’autre marathon. Ce fut le cas en ce 26 juillet lors de la très belle épreuves de Kasterlee. Une belle brochette de Brukseleirs s’était donné rendez-vous à 10h00 sur le tarmac du CRBK. Carl et Bruno fixent leurs K1 sur le toit de la camionnette de Carl. Cristina vérifie les fixations de son vélo avant de fixer celui de Sylvie à l’arrière du véhicule. Lapin, Lulu et moi-même accrochons nos bateaux sur notre véhicule. La route est dégagée et 1h15 plus tard nous voilà devant le local ou plutôt les locaux du KKK. Le nouveau Club House n’est pas terminé mais en bonne voie. L’organisateur signale que c’est la dernière année que nous sommes accueillis dans le petit chalet avec bar et poêle de Louvain. Une véritable ambiance de club règne ici. Toutes les disciplines du kayak sont représentées. Un vrai plaisir de voir chacun des pagayeurs côtoyer son semblable dans le partage et l’envie d’une seule chose : pagayer ! Un bel exemple, comme dans de nombreux clubs néerlandophones. A midi, la réunion préparatoire apporte quelques infos : 3 petits portages pour sauter les écluses et 1 long pour passer du canal à la Nete (prononcez Nééééte, siouplé) de 1.200 mètres. Koen, Hilde et Paul sont déjà sur place. Paul et Hilde seront en K2. Quelle évolution ! En moins d’un an de pratique Hilde passe du statut d’accompagnatrice à vélo (l’année dernière) sur le chemin de halage à celui de compétitrice en K2 !!!! Un bel exemple de pratique, de ténacité et encore une confirmation : en kayak, comme ailleurs, la pratique régulière génère de beau résultat !!! Chapeau Hilde !!!!

Siège Pullman
Après le briefing, on charge nos kayaks sur la remorque du KKK. Et le club nous emmène au point de départ : le SAS VI à Mol pour près de 14 kilomètres de canal (portage compris) et 7 kilomètres de remontée de la Nete. Nous sommes au bord de l’eau vers 13h20. Le temps des derniers préparatifs, en boisson, camel bag, et …petit biscuit. Sylvie à la gentillesse de nous apprendre qu’au portage, elle s’occupera du petit biscuit de Bruno !! Il en a de la chance notre Bruno !!!! Les blagues et l’humour permettent de limiter le stress, car malgré tout, chacun sait qu’il va en baver. 10 minutes avant le départ, nous embarquons. Le « fauteuil » de sénateur sur mon K1 attire les regards partagés entre compassion, amusement et rires. Je m’y installe avec confort : vaste dosseret pour les lombaires et centre de gravité très bas pour la stabilité. Stabilité bien nécessaire pour parer aux dix premières minutes. A 14h00 tout le monde s’aligne sur la ligne de départ. Un coup de trompe et voilà les « furieux » à l’avant qui s’élance dans un sprint, brisé ! Faux départ, comme en natation ou en athlétisme ! Il faut faire revenir tout le monde derrière la ligne. Pour nous il s’agit de dénager quelque peu. Une minute plus tard, le « go » libère les muscles. En quelques secondes, le canal se transforme en lavoir. Comme si des milliers de lavandières s’étaient mise à battre le linge sur les berges. Les vagues viennent dans tous les sens, rebondissent sur les berges verticales et se mêlent dans une sorte de vaste jacuzzi infernal. Parfois une série de deux ou trois vagues plus régulières permettent de tenter le surf. Ma faible technique me permet de me sauver..des eaux en évitant le bain, mais certainement pas de profiter des surfs. Régulièrement le kayak plonge la pointe dans l’eau jusqu’à mi- longueur. Je remarque Paul et Hilde qui se positionne sur la gauche et me glisse vers cette direction. Au bout d’une dizaine de minutes les eaux se calment, les « furieux »sont loin et la cinquantaine de kayaks sur l’eau s’étirent doucement en un long serpent. Carl, une fois de plus nous impressionne, une fois de plus il est loin devant. Paul et Hilde ont commencé avec un rythme régulier, je les vois dans ma ligne de mire et au fur et à mesure, le rythme s’accélère. Le mouvement est régulier, synchronisé comme une montre suisse.

De portage en portage
17 minutes plus tard, premier portage, je rejoins Koen qui en profite pour boire un coup. Le camel bag me facilite la tâche. Et hop, au petit trot pour passer l’écluse, sous les encouragements de nos deux dames-pom-pom-girls-cyclistes. Et qui plus est, l’appareil photo crépite. Cela nous fera de beaux souvenirs, merci Cristina et merci Sylvie. Cela se bouscule un peu pour réembarquer mais cela passe en douceur. Et hop, le rythme reprend, on se concentre sur le geste, ou du moins sur ce que l’on croit être le bon geste. Vivement le stage de la semaine prochaine, cela va permettre d’avoir les bonnes infos, le bon enseignement, et tenter d’avoir le bon mouvement… Le deuxième portage est en vue, Paul et Hilde sont déjà entrain de courir, Sylvie est là et continue à encourager. Cristina est déjà loin pour apporter son soutien à Carl qui est … loin devant ! Je n’ose pas regardé derrière moi. Rester concentrer !!! Je dépasse Paul et Hilde qui prennent intelligemment ma vague…ce que je n’arrive pas à faire ! Instabilité, manque de contrôle.. Je n’aime qu’une seule chose : le calme plat !!! Vivement le stage n’est-ce pas ? Et les coups de pagaie reprennent. Je dépasse également une jeune fille droite comme un i, qui prend également ma vague. A quelques centaines de mètres elle repasse devant et ralenti un brin, ce qui devrait être un cadeau (me permettre de prendre sa vague) se transforme en galère pour moi. Oui, je sais, toujours le stage !!!! Le troisième portage se passe en douceur. Sur le dernier tronçon de canal Pau let Hilde me dépasse. Ils ouvrent vaillamment la poignée de gaz. Je tente de rester dans le sillage de la jeune fille, mais surtout pas sur ses vagues… Après une longue courbe, le dernier portage est en vue. Paul et Hilde sortent leur K2, et les roulettes sont posées avec dextérité. Je prends mon kayak sur l’épaule. La montre affiche 15h23. Cela fait 1h22 que je pagaie, combien de temps faudra-t’il pour avaler les 1.200 mètres. Les première fatigues sont déjà. Comment dera la Nete ? D’abord courir. Enfin, plutôt trottiner. Des petits pas rapides en alternant épaule gauche et droite pour le kayak. Tiens quelques gouttes viennent se répandre sur mon crâne. Une dizaine, pas plus, juste histoire de rafraichir la (le) bête. Au loin l’éolienne de Bobbejaanland semble proche. Mais c’est qu’elle est grande la bougresse. Avances, cours, bois, cours, change d’épaules… pfff. On coure sur la piste cyclable, les vélos croisés regardent ces fous avec leur bateau sur l’épaule ou pousser/tirer d’un air goguenard. On les comprend ! Cristina qui a laissé Carl sur la Nete remonte le parcours pour encourager les plus lents que nous sommes, avant d’aller récupérer sa voiture. Et voilà Hilde qui me dépasse en courant . Un peu plus loin, c’est Paul qui pousse hardiment le K2 à roulettes et qui, lui aussi me dépasse. Quelle bataille !!! Peu avant le café libérateur (Café De Nete, juste avant le parc d’attractions) Paul prend quelques secondes pour récupérer. J’en profite pour le redépasser. Je bifurque sur le parking du café en direction de la Nete. Des supporters me signalent qu’il ne reste un petit 7 kilomètres à parcourir…Ouais : petit, petit, c’est vite dit. Le temps de réembarquer et de jeter un œil à la montre : 14 minutes de course-portage.

Trop de salades
Le temps est gris et peu de bateaux de touriste vogue sur la Nete. Tant mieux. Par contre les beaux jours que nous avons eu ont généré une masse importante d’algue. Pas moyen de les éviter (ou si peu). Le courant n’est pas très fort, mais ces algues se figent sur la pointe du bateau et s’accrochent méchamment dans les gouvernails. Pour la pointe, il suffit d’onduler du bassin (cela laisse rêveur,n’est-ce pas ?) mais pour le gouvernail, la seule solution est de dénager. Pfff. Par moment la végétation aquatique est si dense que le kayak se retrouve quasi à l’arrêt. Après le passage sous le deuxième pont, la moitié de la Nete est enquillée. Ouf, allez avances… Il pleut réellement cette fois (qui a dit que cela faisait pousser les cheveux ?) 200 mètres après le pont, ma pagaie plonge dans les algues denses et se retrouvent fortement retenue. Vous imaginez la suite. La pagie retenue par les algues. Moi qui me retient à ma pagaie. Et le bateau qui souhaite continuer…C’est le bain ! Djuuuuu. Le fond de la Nete est doux, et j’ai de l’eau jusqu’au-dessus du nombril. Direction la rive, vidage en douceur, je m’accroche à une racine pour remonter dans le batau. Et hop on repart. A peine deux minutes de perdue. I doit rester 3 bornes. Les muscles se tétanisent doucement. Le gouvernail jour les chaluts à algues. Tanti pis, je ne m’arrête plus, on force, on force. Après deux autres ponts, la dernière ligne droite s’annonce, libératrice, j’arrive à rejoindre un autre double. Les dernières forces vengeresses sont jetées dans la Nete. Et voilà le final… 2h24. Purée, plus d’une heure pour remonter la Nete. Cette seconde partie était bien plus méchante que l’année dernière. Ela fait partie des joies de notre discipline. Il en restera le souvenir d’une journée magnifique, d’un accueil merveilleux par le club de Kasterlee, du partage d’une belle épreuve avec Cristina, Sylvie, Hilde, Paul, Koen, Lulu, Kevin, Bruno, Carl et bravo aux médaillés. Vivement l’année prochaine, avec une meilleure technique… Les photos de Cristina et un chouette petit film du départ : c’est ici : https://www.flickr.com/gp/132078890@N02/90516g
Revenir en haut Aller en bas
Carl Mac G




MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   Mer 29 Juil - 15:44

Merci Jaco !
... pour ce récit détaillé qui me fait revivre l'étrange et bizarre plaisir de toute la douleur soufferte dimanche! Une autre journée inoubliable. Perso, c'était un peu frustrant. J'ai fait presque 2 minutes plus rapide que l'année passée jusque la rivière, mais, là je suit mort, et ai perdu tout ce que j'avais gagné avant, faisant un temps final d'une minute plus lent que l'année passée. A la rivière je me sentais coincé par les algues et voyait comme des autres me dépassaient tous azimuts.
Mais, la bière que j'ai bu au club de Kasterlee après, ça avait le saveur du paradis !!!

Bon stage !
Revenir en haut Aller en bas
Cristina J

avatar


MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   Mer 29 Juil - 22:47

Jaco merci pour ton histoire. C'était une bonne aventure; une tragi-comédie... des vagues meurtrières, algues tueuses, jolies pom-pom girls, petits bisquits offerts entre portage et portage, etc... Quelle experience! Chapeau tout le monde.

Je souhaite bonne chance à tous pour le stage à Seneffe, malheureusement, je ne peux pas le faire, je serai en Espagne.
Revenir en haut Aller en bas
Carl Mac G




MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   Dim 16 Aoû - 14:29

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marathon k1 de Kasterlee   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marathon k1 de Kasterlee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARATHON DU BEAUJOLAIS 2009
» Marathon de Bruxelles le 04 octobre 09
» Pti suisse : ---) Semi-marathon de Marseille-Cassis
» 10 km marche 15/11 au semi marathon de Normandie
» marathon et semi marathon ANNECY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: Sorties - randonnées-
Sauter vers: