KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 De Blinker et de Stinker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Schwalbe
Admin



MessageSujet: De Blinker et de Stinker   Lun 6 Juil - 15:23

Comment se motiver à participer à une fête de famille qui à priori n’a rien d’emballant ? Y aller deux heures plus tôt !

Hein ? Mais qu’est-ce qu’il dit ? Il n’a pas envie d’aller à cette fête et il veut y arriver deux heures plus tôt ! Oui mais pour découvrir la région en K !!! Il y a longtemps que j’avais envie de tremper mon K dans une autre eau que le canal à Bxl. L’occasion fait le larron ! La famille de Dom s’est retrouvé dans le petit village de Lissewege, avant de participer à cette fricassée de museau, on regarde la carte. Le Boudewijnskanaal, le schipkdonkkanaal et le leopoldskanaal sont proche. Pourquoi ne pas tenter un petit tour là-dessus ? Un coup de fil à Lulu pour savoir lequel serait le plus beau. Il a toujours la bonne info et conseille soit le Shipdonkkanaal ou Leopoldskanaal qui se longe l’un l’autre dans un joli décor d’arbres majestueux.

Au nord, le Leopoldskanaal  fut creusé entre 1843 et 1845. Envisagé dès 1830 lors de l’indépendance de la Belgique, il était stratégique. Tout d’abord, il fallait continuer à assécher les Polders. L’eau qui était refoulée vers les Pays-Bas vers Cadzand, n’était plus la bienvenue par nos ennemis de l’époque. Les bataves ont donc fermé les écluses. Les eaux alentours allait pouvoir être déversées dans cette nouvelle voie navigable. Outre le transport de marchandise entre Assenede à son point de départ et Zeebrugge il occupait une fonction militaire pour défendre la frontière belge. Si la menace ne s’est jamais précisé, il eut un enjeu stratégique durant le second conflit mondial. Lors de la bataille de l’Escaut en octobre 1944, les Allemands utilisèrent le canal pour offrir une très forte résistance.  

Ce canal a pris le surnom de « Blinker » (le brillant) par opposition au «Stinker » (le puant) qui est le canal de Schipdonk juste au sud. Ces ceux canaux se longe sur leur 20 derniers kilomètres. Ils ne sont séparés que par une digue. Le Stinker est officiellement appelé le Schipdonkkanaal. Ils permettaient de collecter les nombreuses eaux polluées provenant de l’industrie textile de la région de Kortrijk (Courtrai) dans la Lys. Pour éviter que ces eaux saumâtres ne traversent la ville Gent (Gand), c’est en amont à Deinze que prend naissance ce canal pour contourner la ville et aller se jeter dans la Mer du Nord.

En arrivant au bout du canal de Damme, nous arrêtons la voiture à Syphon. L’endroit où le canal de Damme continue sa route plein nord vers Sluis et croise nos deux canaux Blinker et Stinker. Après un rapide coup d’œil, j’irai poser le K1 sur le Stinker : en effet un escalier mécanique permet de descendre avec facilité jusqu’à l’eau. De « puant » ce canal n’a plus rien. La qualité de l’eau est exceptionnelle, limpide et claire, de nombreux poissons s’ébroue à peine lors de mes coups de pagaie. La prudence reste de mise, à certains endroits de gros blocs de béton affleurent, je fait légèrement frotter mon gouvernail sur l’un d’eux. Heureusement sans dégâts. Le décor est extraordinaire. Les longues enfilades d’arbres offrent de l’ombre aux cyclistes (dont Dom)sur la berge.

En quittant Syphon, on termine un long virage vers la droite. Ensuite, la rectitude prend le pas. Entre Syphon et Zeebrugge, il y a 8 kilomètres à parcourir. Un léger vent se fait agréablement sentir. Qui a dit que je serais décoiffé ? Nous sommes proches de la côte et la température est agréable (aux alentours de28°) alors que le centre, le Sud et l’Est du pays suffoquent largement au-delà des 30°C. A toutes fins utiles, je prends un camelbag de deux litres sur le dos. Les berges sont verdoyantes malgré un niveau d’eau très bas. Quelques moutons paissent paisiblement. C’est à peine s’ils lèvent la tête à mon passage. Deux ponts sont à franchir. Juste avant le premier je Dom qui accélère sur son vélo pliable pour aller me tirer le portrait au passage de l’ouvrage d’art. Surprenant, moi qui suis souvent derrière l’objectif, me voilà sur la photo ! Cela fera un beau souvenir. Le soleil cogne et le camelbag est une invention extraordinaire. Je continue à bon rythme. Une voie de chemin de fer longe maintenant le canal. Au loin on devine le grand pont-levis bleu qui permet le passage des ferries dans le port de Zeebrugge. De nombreux oiseaux paniquent à mon passage. Les canards sont particulièrement effrayés. Certains plaquent leur corps à mi-eaux, ne laissant dépasser que le bec et les yeux et pédalant à toute vitesse avec leur pattes palmées… Etonnant, première fois que je vois des canards en « mode furtif » !

En arrivant à proximité de Zeebrugge, on découvre sur la gauche un gigantesque ferry amarré. Même si le canal et le port ne communique pas directement, je me sens microbe à coté du monstre d’acier. Arrivé au bout, un long tunnel m’effraie. Qu’y a-t-il en dessous ? Je n’ai pas envie de risquer un pépin, ni d’abîmer mon kayak. La prudence me fait faire demi-tour. Cette longue ligne droite me fait penser aux chansons de Brel. Et pourtant c'est le morceau "Wreck" de Florence and the Machine  qui me trotte en tête, le refrain est: "Did I build this ship to wreck -est-ce que j'ai bâti ce navire pour qu'il coule?"
C’est avec un agréable vent dans le dos que je reviens vers Syphon où Dom profite de ce lieu bucolique pour faire du yoga en attendant mon retour.  Le temps de charger le K1 sur la voiture et nous voilà heureux et souriant pour rejoindre la famille, avec une seule envie: revenir sur ces deux canaux au plus vite.

Et le K dans tout cela ? Une merveille ! La grande hiloire permet d’entrer et sortir avec facilité surtout en terrain accidenté. Les 16 kilomètres ont été avalés à bon rythme grâce à ce type de bateau (1h35) ce qui donne une plus grande autonomie en kilomètres à effort égal. Par ces chaleurs, boisson obligatoire. 1,5 litre d’eau avalés lors de cette rando. La motivation est au top pour continuer à explorer les milliers de kilomètres que compte la Belgique, aussi en K ! En plus cela m'a fait une petite prépa pour le marathon de Kasterlee.

Pour les photos, c’est ici : https://www.flickr.com/gp/132078890@N02/8Q8XA4
Keep ‘K’ool et paddle on
Revenir en haut Aller en bas
 
De Blinker et de Stinker
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» clignoteur avant
» Module US
» Bonjour du Luxembourg
» Warning !!!!!!!!!
» Restauration d'une Civic SB

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: Sorties - randonnées-
Sauter vers: