KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
start1AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 Namur-Liège ce samedi 28.03

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Namur-Liège ce samedi 28.03   Dim 29 Mar - 21:02

63 km de Beez à l'île Monsin, avec Jaco et en kayak de mer départ 9.45 arrivée à 19.30, 30 mn de pause à Huy, 3 écluses dont 2 par portages( 30 mn chaque fois) et une dans le sas( merci aux éclusiers d'Ivoz-Ramet). Splendide trajet depuis Beez, Andenne, Huy, Tihange, Ivoz-Ramet. Puis, changement total de décor , quasiment surréaliste : Seraing, Flémalle( merci à JP pour ses sms, lus aux pieds de d'Arcélor et face au Carrefour de Flémalle), Ougrée , sa cokerie, son haut-fourneau B et le stade du Standard, les murs sont gigantesques, les péniches filent à 15 km/h et les vagues hautes, contents d'avoir des kayaks de mer!!! A Ougrée une péniche coulée surnage... Puis le bouquet final : l'entrée dans Liège par le pont de Fragnée, les 3 clubs d'aviron et le club kayak LEGIA, les ponts, les péniches habitables, les quais, un vrai petit Paris, puis l'île Monsin dans le noir ( fameuse faune de noctambules! le soir, ce n'est plus le public voile-adeps, les Liégeois comprendront...).
Conclusion, une superbe journée, des paysages magnifiques, mais la nécessité de bien s'entraîner et de trouver son propre rythme : hier, c'était trop lent pour Jaco et trop rapide pour moi! Résultat : 3 kg perdus! Et une fois de plus, l'autonomie : portages, roulettes, et montées-sorties aux échelles,...; grand merci à Jaco pour cette rando; la Meuse, on adore et à Liège, on reviendra, c'est sûr!
Revenir en haut Aller en bas
Françoise




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Dim 29 Mar - 21:17

Bravo ! Quelle santé ! Belle découverte ! :-)
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Dim 29 Mar - 21:49

en annexe, je signale que la saison des amours pour les cygnes, a commencé. Ils sont beaucoup plus agressifs; nous l'avons vu hier à Lives, Huy et Tihange; donc méfiez-vous....
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Dim 29 Mar - 22:34

Et voici la version longue... et quelques photos... Bonne lecture

Entre le Rhin et la Dordogne…la Meuse.

Géographiquement, c’est la vérité ! Mais quand on a un objectif, on se donne les moyens de l’atteindre. Lulu a visé haut : le Rhin avec ses 110 bornes à avaler. De mon côté, c’est la Dordogne qui me fait de l’œil. Pour nous essayer sur du « long » Lulu propose une balade intensive sur la Meuse, avec au choix, la partie supérieure entre Givet et Namur ou la portion entre Namur et Liège. Si la première zone est a bien attirante, les nombreuses écluses ne favorise pas un entrainement orienté « intense ». Entre Namur et Liège : 3 écluses-barrages. De quoi s’initier convenablement au portage. En cherchant un peu, on se dit que l’on pourrait aller finir la balade juste avant l’écluse suivante à l’île Monsin. Avec au final une traversée complète du centre de Liège. De la carte à la pagaie, nous voilà ce samedi vers 09h00 au petit port de Beez en aval des Grands Malades. La rampe nous permet d’embarquer facilement dans les kayaks qui serviront pour nos défis respectifs. Cette petite darse donne un petit goût de paradis. Marina, notre chauffeur du jour nous a préparé une brioche « cassonade-canelle » de premier ordre. Une âte légère et digeste, et l’énergie de la cassonade. Excellent coup de fouet avant le premier coup de pagaie à 09h45. Direction le Nord-Est ! Les premiers kilomètres sont connus (voir http://kayak-nord.forumgratuit.be/t266-les-beaux-jours-et-la-meuse-dominicale) Le site est grandiose. La vallée est splendide. La nature renait. Les cygnes sont aux aguets. Et mieux vaut ne pas approcher en cette période de reproduction. A hauteur du petit club de voile de Live-sur-Meuse, ne trainons pas ! On arrive à proximité de l’écluse d’Andenne. Les premiers onze kilomètres sont dans la boîte ! un escalier classique permet de sortir aisément. Le temps de mettre les roulettes pour transporter aisément les bateaux et nous voilà en sur le ravel avec nos deux-roues ! On passe l’écluse et on redescend en aval. Facile. Marina est là pour photographier le périple. De beaux souvenirs en perspective. Andenne se profile à l’horizon. On glisse sous le pont Salvador Allende (ou pont d’Andenne). Une péniche plein gaz nous dépasse vertement. Quel bonheur d’être dans nos kayaks de mer. On se laisse même à pratiquer quelques surfs. De quoi briser la monotonie de la sortie de la ville. Comme la pluart des cités du monde moderne, les cubes des différentes sociétés se succèdent dans une froideur bétonnée sans âme. Si la productivité est à ce prix, le tribu est lourd. Et même si de nombreux emplois sont à la clé, on se laisse rêver à une alternative, à une troisième voie qui serait respectueuse de la vie, de l’Homme et de la nature. La course au profit serait mise au service du bien de tous… Cela doit être les premiers signes de fatigue, l’utopie prend le pas sur ma raison. Dès que ces « cubes à profits » sont dépassés, les maisons en moellons calcaire reprennent le dessous. Comme si elles étaient posées là depuis des siècles à regarder passer les crues, les péniches, et ... deux kayakistes en goguette. Nous poursuivons, les méandres sont larges, la vallée s’écartent et les collines s’adoucissent. On retrouve régulièrement des bunkers collés à la berge. Construit à partir de 1936, pour l’armée belge, il y avait une soixantaine abris de berge entre Namêche et Ivoz-Ramet ! A la demande insistante de la France, ils devaient éviter une irruption motorisée depuis la frontière française et éviter la prise de Liège. Chaque point de passage de la Meuse se voyait équiper d’un bunker avec un canon antichar (de 47mm pour les connaisseurs) et permettre de stopper la progression des troupes allemandes. Deux réflexions : l’utilité de ce dispositif lors de l’invasion nazie fait douter de nos stratèges, et la qualité de la construction. Après tant de décennies sans entretien, les constructions sont toujours sur pied. On savait y faire en ce temps-là ! On continue, et le pont de Wanze dresse fièrement ses haubans. Moins connu, son nom officiele est « Pont Père Pire » du nom de ce prix Nobel de la paix, fondateur des îles de Paix. Impressionant de voir cette structure depuis l’eau. On avance encore. Au détour d’une courbe, la masse imposante de la citadelle de Huy vient écraser le paysage ! Nous marquons le pas sous le pont du chemin de fer. Il est temps de se sustenter. Marina nous permet de nous réchauffer dans la voiture. Une pause revigorante. Nous reprenons nos kayaks. La traversée du centre de Huy est vraiment jolie. Sur la rive gauche, de petits immeubles font penser aux premiers buildings présents sur la côte. Alignés face à la Mer, pardon, face à la Meuse ils veillent sur le fleuve. En sortant de la ville sur la rive gauche, on découvre un coteau : le vignoble du Clos de Prébendiers. Pour des infos de qualité sur les vins belges (eux aussi de qualité) une bonne adresse : www.marcvanel.be On quitte ces alignements de pieds de vigne pour revenir à la réalité industrielle. Les tours de refroidissement de la centrale de Tihange laissent s’échapper des volutes de vapeurs d’eau. On cherche les fissures…. On arrive très vite à l’écluse. La sortie se fait par une courte échelle à 3 ou 4 barreaux. Sportif pour s’extraire des bateaux. On redéplie les roulettes et on se dirige vers l’aval pour trouver un escalier et une plateforme qui permet d’embarquer aisément. Nous sommes à un peu plus de la moitié de notre périple et la fatigue commence à peser sur les épaules. Haut les cœurs, la découverte continue. Les kilomètres s’enchaînent. La vallée semblent s’écarter. Sur les hauteurs de la rive gauche un vrombissement sourd attire le regard, un camion de carrières disparait entre les arbres et plonge sur l’autre versant. Nous sommes à Mallieue, un hameau connu pour ses carrières, ses houillères et ses alunières. Plus loin une trouve un site de production de chaux. En face les établissements Knauff laisse des montagnes de matières avant de les emballer en sac qui passeront par les étals des différents « brico » avant de terminer plaqué sur les murs de nos maisons et appartements. Nous sommes au cœur de la Vallée de la Mort. Engis a subi en 1930 des conditions météorologiques qui ont mené aux décès de 60 personnes en deux jours. Un anticyclone, des températures de 1° à 2° et pas de vent, cumulé au brouillard permanent, ont laissé flotter dans l’air de la vallée un mélange toxique fait de de particules fines, de suie (résultant de l’industrie locale) et de dioxyde de soufre. Ce cocktail intoxique toute la vallée : oedèmes pulmonaires et hémorragie s’enchaînent. Les journaux de l’époque se jettent sur cette tragédie en titrant : « la Mort Noire » ou encore « le brouillard homicide ». Les experts de l’époque se penchent pour la première fois sur une pollution de l’air. Ce drame aura un retentissement international. Sans effet : Londres subira la même tragédie en 1952, entrainant le décès de 12.000 personnes ! Revenons à nos coups de pagaies répétitifs, car le pont-barrage d’Ivoz-Ramet, pour nous ce sera Ivoz-Pagaie, est en vue. Le temps d’arriver aux portes de l’écluse, de sortir à une petite échelle, le feu passe au vert. Lucien a la bonne idée d’aller voir les éclusiers : c’est OK pour un passage avalant, il suffit d’attendre 10 minutes pour être bassiner avec une péniche. Génial. Une belle économie d’énergie. Si les trois quarts du parcours sont effectués, il reste encore près de 17 bornes à enquiller… Courage, et surtout merci aux éclusiers sympa et tolérant avec deux kayakistes …à la dérive ! La double porte de l’écluse s’ouvre majestueusement. Et hop, on reprend de la longue litanie de coup de pagaies. On délaisse le Val Sain-Lambert à notre droite, totalement invisible depuis l’eau. Une petite pause pour reprendre des forces. Nous faisons halte sur une petite plate forme abimée dans le mur de la rive droite. Nous sommes à Flémalle. Les stations de pompage, en style art-déco ou abri militaire hérité de 14-18, se sont succédé. Nous sommes juste en face de l’une d’elle. Le temps de manger et de prévenir Marina que nous serons vers 19h15 à l’île Monsin, et l’on découvre une tentative d’appel de J-P. L’homme était dans la confidence de notre tentative, et il venait aux nouvelles. Wouaw, en plein effort alors que l’on doit aller puiser dans nos réserves, voilà un geste qui remonte le moral, fait gonfler le torse et donne envie d’aller jusqu’au bout ! Merci J-P, c’est vraiment chic. On reprend la Meuse ! Depuis Ivoz-Ramet nous sommes en présence de berge verticale en pierre ou bétonnée. Les vagues des gros pousseurs viennent en un sac et ressac infini. Il faut du temps pour que l’eau se calme. Les sites industriels de Seraing s’expose. Une ambiance ‘fin de siècle’ avec les derniers témoins d’une métallurgie qui n’en finit pas de mourir, avec l’espoir qu’un jour ces structures gigantesques servent tout de même… Au détour d’un virage, deux bouées encadrent une étrange structure. Il s’agit de l’épave d’une péniche ! Incroyable ! Un morceau de la Marquise dépasse de la surface. Comment nos responsables politiques peuvent-ils laisser dans l’eau cette épave ? Quels sont les risques liés à la pollution de la Meuse, matériaux divers, carburant, cargaison etc etc.. Une folie. Laisserait-on un camion-citerne accidenté en bord de chaussée, déversé un liquide inconnu sur une autoroute. Eh bien sur la Meuse, OUI ! Révoltant ! Nous continuons, le stade du Standard est à portée de regard. Le Chaudron vibre encore d’un tiffo qui a fait la une des journaux. Pas de cela ici, de l’eau, des vagues, des usines actives ou abandonnées, des barges gigantesques accouplées et de puissants pousseurs. On s’accroche. Heureux le pahgayeurs en Kmer. Une impression de sécurité se dégage de nos embarcations. On arrive en vue du pont du tunnel de Cointe. Ici aussi les haubans permettent le passage des milliers de véhicules. Nous glissons sous le tablier, le soleil pointe quelques rayons sur les haubans. La lumière est splendide. Nous arrivons au Pont de Fragnée. Les anges dorées seraient presqu’étonnés de voir glisser des kayaks. Les portes de l’écluse de l’Ourthe sont fermées. L’ambiance est vraiment différente. On se demande où est Simenon ? Croiserons-nous la fumée de la pipe de Maigret se promenant sur les quais ?C’est oublié qu’un peu plus loin, au partage entre la dérivation et la Meuse, un club de kayak à longtemps existé. Actuellement les installations qui font penser aux clubs anglais, sont utilisées par un club d’aviron. Un lapin blanc reste indifférent à notre passage. Quelques joggeurs s’entrainent. Les lampadaires viennent de s’allumer. On a l’impression de pagayer dans un tableau de Paul Delvaux, les dernières lumières du jour croisent les loupiottes de la ville. Encore une splendeur. Les péniches habitables semblent des appartements de luxe, aménagées avec goût, style et classe. On profite au maximum du spectacle. Les ponts s’enchaînent, la dérivation rejoint la Meuse. Et l’Ile Monsin se dessine en ombre dans la nuit tombante. Allez courage, oh hisse, on y est, we did it ! 63 bornes, rien que cela… On s’extrait juste avant le club de voile. Marina est là, patiente dans cette faune particulière des nuits de l’île. Une patrouille de Police vient de faire fuir les nombreux amateurs de relations « à la sauvette ». En voyant nos kayaks et nos fringues de kayakistes, les représentants de l’ordre s’enfuient également ! Mille mercis à Marina pour sa patience, mercis à Lucien pour cette splendide journée, physique, culturelle, sportive, et merveilleusement humaine…
Les photos sur : https://www.flickr.com/photos/132078890@N02/sets/72157651633892765/

A bientôt sur l'eau,
Revenir en haut Aller en bas
Fabrice

avatar


MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 13:41

Bravo, 63 Km et avec le temp qu'il faisait, très belle exploit, CR interressant, de très belles photos, merci d'avoir partagé....

What a Face


Dernière édition par Fabrice le Lun 30 Mar - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
G@ry

avatar


MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 21:12

Belle expérience, et beau parcours, c'est 63km quand même....Vous avez pris des cuillères ou des pagaies rando
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 21:35

Cuilleres, mais à refaire, je prendrais des randos. Et quand te revoit-on, mon beau? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
G@ry

avatar


MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 21:37

je pensais passez demain, mais vu le temps annoncé, c'est juste bon pour retomber malade....
Par contre je vais essayer de venir vendredi soir au canal
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 22:10

pour la petite histoire, la péniche à coulé en touchant le pont d'Ougrée et est remplie de pierres, le batelier est assuré pour 650000 € pour le renflouement, pas de chance, les devis sont à 950000 € .
donc personne ne veut mettre la différence et elle reste dans cette position depuis 5 ans au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Lun 30 Mar - 22:31

Salut J-P,
Merci pour l'info. La vision de cette épave fit vraiment mal au coeur. Déjà pour le batelier qui perd son emploi, son outil de travail et sa demeure, ensuite pour les Liégeois qui se tapent ce spectacle pas vraiment affolant et puis pour la Meuse elle-même. Rien que dans le réservoir, il devait y avoir quelques centaines de litre de diesel... pas le top pour la nature ça.... PAsser à quelques mètres reste tout de même très impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Codie

avatar


MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Mer 1 Avr - 23:47

D'autant plus impressionnant que vous avez fait cela près de chez moi... là où je n'ose pas m'aventurer !
Beaux récits: merci beaucoup.
Lulu tu seras super entraîné pour le Rhin !
Quelle tristesse que ces fleuves belges pollués. Tout le monde s'en fiche : nous sommes parmi les rares à fréquenter ce jus infect et ces vapeurs nauséabondes d'aussi près...On devrait proposer à Di Antonio de faire un tour avec nous en kayak !
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Ven 3 Avr - 10:39

Codie, Liège est vraiment superbe, même avec ses industries,; si vous voulez, on pourrait faire une petite sortie de la darse à charbon de Seraing à Monsin, 18 km, un dimanche matin, avec les parfums de la Batte flottant sur le fleuve...
Revenir en haut Aller en bas
Joel W.

avatar


MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   Ven 5 Juin - 21:45

Impressionnant Shocked !!!! Vous passez dans ultramarathon!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Namur-Liège ce samedi 28.03   

Revenir en haut Aller en bas
 
Namur-Liège ce samedi 28.03
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pepinster - Liège Basket samedi 23 février 20h30
» 04 Eurovelo 3 - EV3 - Partie Namur - Liège - RAVel 1 Est - Itinéraire n°6
» BELGACOM LIEGE - PEPINSTER ce samedi 11/12 - 20h30
» Liège Bastogne Liège... URGENT !
» Samedi 9 mai 2015: Le tour de Namur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: Sorties - randonnées-
Sauter vers: