KAYAK-NORD
Connectez-vous au forum
Si vous n'avez pas encore de nom d'utilisateur et de mot de passe, enregistrez-vous

KAYAK-NORD

Forum du réseau de kayakistes randonneurs Kayak-Nord
 
AccueilConnexionS'enregistrer

Welkom aan onze neederlandstalige vrienden! Aarzel niet in uw eigen taal in het forum te posten!

Si vous voulez annoncer une nouvelle sortie, n'oubliez pas d'y joindre une date dans le calendrier!


Partagez | 
 

 Dordogne Intégrale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
J-P




MessageSujet: Dordogne Intégrale   Mer 4 Fév - 16:25

Rappel du premier message :

ce 15 mai aura lieu la 6e Dordogne intégrale, ce que nous attendions depuis 5 ans.
130 km dans un des plus beau paysage de France.
possibilité de faire la descente en relais par équipe.
j'ai demandé à Serge de faire paraître les infos officielles
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 22 Fév - 21:57

belle sortie sur la Meuse ce samedi, 50 min de descente et 1h40 de montée
Revenir en haut Aller en bas
Françoise




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 22 Fév - 22:40

La Meuse ! Grand veinard ! Bravo et courage pour ton entraînement J-P ! :-)
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 8 Mar - 18:45

Belle petite sortie aujourd'hui,
Barvaux - Hony 38.5 km sous le soleil en 2h50 avec mon kayak de mer.
La forme revient
Revenir en haut Aller en bas
cornelia

avatar


MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 8 Mar - 19:14

INFO: je me suis lancée car les temperature sont  dépasser mon limit personel de 15° Cool - deux aller-retour sur ce canal - mais bon cela marchait encore assez bien (et j'avais même reussit de sortir "mon panthère rouge" de presque tout en haut) Mad et devine qui m'a passé à haute vitesse: le président du CRBK - je me demande s'il a tout par hazard le même objective que toi Question Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 8 Mar - 19:49

il en parle
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 9 Mar - 11:44

J-P a écrit:
Belle petite sortie aujourd'hui,
Barvaux - Hony 38.5 km sous le soleil en 2h50 avec mon kayak de mer.
La forme revient
La fusée J-P est en direction de Baikonour. Si notre ami Bart a l'équipement avec une combi sèche version Youri Gagarine (voir sortie Vierre et Semois), notre J-P se transforme en Soyouz.
la mise à feu sur la Dordogne va en laisser sur place. Impressionnant et bravo J-P.
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Sam 2 Mai - 13:18

petit rapport de notre entrainement:
le bateau glisse de mieux en mieux, on est à plus ou moins 650 km,
ce matin , grand tour de Beez, 28 km en 2h34
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Dim 10 Mai - 23:07

J - 6
derniers gros entrainements, samedi 28 km, remontée avec gros vent de face, ce matin 20 km,
à partir de maintenant, sortie relax sans forcer, vendredi descente des 15 premiers km de la course et samedi 6h30, départ pour 130 km de folies
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 11 Mai - 8:22

Avec pour seule ambition de tenter d'arriver au bout, samedi jolie sortie jusque Lot ... et dimanche sortie de 21 kilomètres en 02h15 avec le Kmer, à Seneffe vers Viesville... Pour les Brukseleir, un plan d'eau à redécouvrir à une demi-heure du CRBK... plus d'infos dans la buvette du ponton dans quelques heures.
Revenir en haut Aller en bas
Françoise




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 11 Mai - 23:14

Allez les courageux sportifs ! Tout ira bien ! Vous serez prêts ! Aucun doute ! Vivement vos témoignages et photos ! Dommage de ne pas y être ! A l'édition prochaine peut-être ! Le monde ne s'est pas fait en un jour ! :-)
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mar 12 Mai - 22:29

J-5
petite descente relax de la Lesse pour accompagner les C2
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mar 12 Mai - 22:43

meteo à Argentat ce samedi

Samedi, 16 Mai


Heure Desc. atmosphérique Temp. Vent Moyen Rafales Pluie H (%) Pression Lim. Neige
2 h.  
Intervalles nuageux

 20 km/h 33 km/h
0 mm

98%

1026hPa

3100m

5 h.  
Dégagé

 12 km/h 15 km/h
0 mm

94%

1027hPa

3200m

8 h.  
Dégagé

 9 km/h 12 km/h
0 mm

91%

1029hPa

3100m

11 h.  
Dégagé
14°
 19 km/h 20 km/h
0 mm

63%

1029hPa

3100m

14 h.  
Dégagé
17°
 22 km/h 24 km/h
0 mm

60%

1029hPa

3200m

17 h.  
Dégagé
18°
 25 km/h 28 km/h
0 mm

63%

1028hPa

3300m

20 h.  
Intervalles nuageux
17°
 22 km/h 29 km/h
0 mm

78%

1028hPa

3400m

23 h.  
Ciel nuageux
14°
 15 km/h 27 km/h
0 mm

92%

1030hPa

3400m
Revenir en haut Aller en bas
Serge
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mer 13 Mai - 13:01

C'est un message codé? Razz

Allez les gars! Bonne route et bonne eau! On est déjà tous fiers de vous! bounce cheers
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mer 13 Mai - 13:30

A quelques heures du départ, et ne sachant pas très bien à quoi m'attendre, une question me taraude les quelques méninges qui me restent: vaut-il mieux être dans ma position sans savoir jusqu'à quel point je vais en baver, ou bien d'être comme J-P et d'être pleinement conscient du niveau de difficultés ?

On vous tiendra au courant....Motivation, motivation et un peu de stress.... Un joli cocktail.

A bientôt sur l'eau,


Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 11:42

La Dordogne, ou rivière espérance, espérance d'arriver au bout de notre effort ,
rassurez vous nous y sommes tous arrivés .
Après avoir préparé la remorque mercredi soir, tout le monde c'est retrouvé le jeudi à 6h du matin pour le grand départ .
La route ce passe sans encombre avec notre joyeux luron de la bande qui nous délecte de ces blagues parfois croustillantes, résultat, on ne vois pas le temps passé.
Arrivée à Argentat, on monte vite les tentes entre deux averses puis recherche d'un resto, on choisi l pizzeria. Là, au dessert nous apprenons avec grand étonnement que ce n'est pas la saison des bananes .
Tous le monde se glisse sous sa tente qui on bien résisté au déluge de la nuit.
Vendredi, levé relax, on passe dévaliser la boulangerie et petit bar tabac pour le café.
Quelques achats au super U, dîner sur l'herbe près des tentes, puis descente de reconnaissances des premiers km.
Retour au camp où la pression de la course du lendemain commence à ce faire sentir,
on affûte les armes, certain préparent leur potion magique ; et c'est là que serge nous pose la première question existentielle « quelle quantité avale t'on chaque fois que l'on suce ... »
On parle du camelback bien sur.
Apéritif et repas avec tous les autres concurrents, cent vingt personnes réunies autour d'un même projet, relier Argentat à Castelneau soit cent trente km en kayak.
Tous le monde va se coucher avec certains leurs rêves , d'autres leur appréhensions.
Samedi, grand jour, debout à 4h30 , dur dur pour votre serviteur, lol ;
Déjeuné, démontage des tentes, on laisse tout à coté de la remorque, les chauffeurs rengeront quand il ferra clair.
On embarque et l'attente du départ commence, départ dans cinq minutes, tous le monde ce met en place, ça se bouscule un peu, on s'observe, on évalue ses concurrents, Une minute, on ne pense plus qu'à sa courses pour certains, son défi pour d'autres, moment très intance.
Go
Tous le monde s'élance, certains comme des fous comme si c'était un mille mètres, d'autres plus relax, avec Alain on choisi un départ en douceur, tandis que Serge et Paul, sprint pour se placer parmi les premiers, Jacquot part tranquillement dans les derniers.
Nous dépassons régulièrement des concurrents cela fait du bien au moral, on passe Beaulieu, sans soucis, ça avance bien, petite bagarre avec un autre K2 qui s'échoue sur un radier de galets, on lui prend cinq cent mètres d'un coup.
Arrivée à Carrenac, portage, en s'allège un peu, on embarque, là au moment où je veux rentrer dans le bateau, déséquilibre et pour ne pas le retourner, je me jette à l'eau mais mon épaule y laisse quelques plumes.
On démarre, la douleur devient intense, plus moyen de lever mon bras, dur de pagayer, je ne sais plus tirer que sur le bras gauche, c'est Alain qui doit tirer le kayak, vais je devoir abandonner, non je ne peux pas mais j'ai mal, cela devient de plus en plus dur, j'en parle à Alain qui avait bien compris que quelque chose ne tournait plus, au ravitaillement suivant, je demande à Bruno de prendre ma place, les larmes de douleur monte aux yeux, je dois continuer, le ravitaillement est en vue mais nos chauffeurs ne sont pas là, tout s'écroule dans la tête, je ne peux pas abandonner, on a fait trop de sacrifices, pendant qu'Alain débarque pour remplir mes bouteilles d'eau je masse mon épaule et je crois que je la remets bien à sa place, j'essaye de me décontracter, on redémarre en douceur, je commence à pouvoir relever mon bras j'arrive à pagayer normalement, on reprend petit à petit un rythme normal, ouf, j'ai eu peur, après vingt km, Alain faibli, je sens qu'il ne tire plus sur ces pagaies, il paie les efforts qu'il a du faire pour me tirer, moi par contre je me sens fort, je pousse le bateau, on passe le ravitaillement suivant , là, le K2 homme qui était devant nous est à l'arrêt, ils sont cuits, Alain est rebousté, je n'arrive presque plus à le suivre, heureusement qu'on est dans le même bateau, sinon il part sans moi, des groupes de canoës de location devant, ça fait bien de passer à coté d'eux à toute vitesse ,
avant dernier ravitaillement, Jean-Claude nous voit passer comme une balle, on ne s’arrête plus
c'est l’euphorie, le chateau qui surplombe la Dordogne, il reste une heure d'effort, encore tout ça me dit Alain, mais plus rien ne nous arrêtera, dernier ravito, on continue, Dix km, Larocque Cajac village suspendu à la colline reste trois km, on croisent des Gabarres à moteur qui remonte la rivières dernières vagues pour Alain, il a été servi sur la journée, c'est pas la belle place devant.
Dernier virage, le pont au loin, l'arrivée, on l'a fait, MERCI ALAIN !!!
Débarquement, on a mal partout, mais quel bonheur d'être là, Paul est arrivé depuis quarante minutes, Serge depuis un quart d'heure, on marche un peu comme des canards, on va prendre une bonne douche salutaire, des vêtements sec, quel bonheur.
On attend l'arrivée de notre Jacquot, un bateau jaune arrive, c’est lui c'est Jacques, onze heures quarante que nous sommes partis, on l'encourage, on l’applaudi, bravo Jacquot !!!
je l'aide à débarquer, il a l'air en forme, la douche puis un verre bien mérité.
Merci à nos deux chauffeurs qui nous on accompagnés tout le long du trajet, pas toujours facile de trouver ces foutus ravitaillements.
Tous le monde est heureux, remise des prix, repas typique régional, un dernier petit café pour certains et dodo.
Dimanche matin levé, pliage des tentes, chargement, déjeuné et retour beaucoup moins bruyant qu'à l'aller, je me demande pourquoi ?
Après quelque heures passées dans les bouchon nous arrivons enfin à Bruxelles.
Autre question : combien de coup de pagaie avons nous donné, sachant que l'on a une cadence de soixante à nonante coup à la minute, que nous avons pagayer de neuf heures pour Paul, à , onze heure quarante pour Jacques et que en plus on donne une force de dix à quinze kilos à chaque mouvement, faîtes le compte c'est impressionant.
En deux mot ; superbe week-end .
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 12:02

Splendide les gars, Very Happy Very Happy bravo à vous tous et bon rétablissement pour les prochains jour!!!
Revenir en haut Aller en bas
Carl Mac G




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 13:26

Félicitations à tous !!!
Quel drame ce problème d'epaule, non affraid ? Je suis content que vous étes arrivés a bout. Excellent !
Revenir en haut Aller en bas
J-P




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 14:24

Dossard Catégorie Club Noms Temps
1 17 K1HR Palavas kayak Ziegler Martin, Bourret Nicolas 8:11:46
2 15 K1H AL Marsac Lebeau Roland 8:15:42
3 53 K1H Turngemeinde München Klammer Jesko 8:17:14
4 40 K1H Le Grau du Roi Lambert Nicolas 8:27:38
5 41 K1H CKC Argentat Beaulieu Boucher Jean-François 8:31:53
6 23 K1H CR Bruxelles kayak Vanneste Paul 9:00:25
7 11 K1H CK Le Havre Tureau Cédric 9:03:27
8 20 K2H AL Argentan CK Eude Sylvain, Beunard Julien 9:08:44
9 4 K2H JCK Avignon Soulet Alain, Bertrand Marc 9:13:47
10 75 K1HR CKCAB/Tonneins Sorin Joël, Auffret Fabrice 9:17:19
11 32 K1H CK Montbeliard Chapatte Sébastien 9:27:13
12 47 C2H SK prosport Olomouc Vlcek Jan, Zdenek Herzan 9:29:32
13 46 K1H SK prosport Olomouc Hron Jiri 9:29:34
14 43 K2MR Chateauroux Millet Yves, Millet Karine, Chavanne Dominique 9:33:47
15 22 K1H CR Bruxelles kayak Guban Serge 9:41:47
16 8 K1MR ASPTT Moulins Cuoq Romain, Saulnier Sandra 9:44:27
17 21 K2H Royal Mava Club Sauheid Lespineux Jean-Pierre, Theman Alain 9:47:53
18 3 K1H Combret Thierry 10:00:24
19 10 K2H CK Coudekerquois Dracourt Julien, Durier Sébastien 10:07:32
20 9 V1H La Charité sur Loire Rémy Laurent 10:21:34
21 6 K1D AL Marsac Kimberley Natasha 10:32:18
22 26 K2M Boege (74) Calori Jacques, Heimer Christine 10:42:36
23 27 K1H 38 St Didier de la Tour Chevalllier Ludovic 11:01:25
24 45 K1H Bouchemaine Verchain Michel 11:03:19
25 5 K1H Brive (19) Marty Fabrice 11:04:32
26 31 K2D CKC Argentat Beaulieu Planté Sandrine, Blanchard Soizic 11:20:13
27 28 K1H CKC de France Troquenet Philippe 11:21:16
28 48 K1H CKC Argentat Beaulieu Delmas Zacharie 11:26:08
29 29 K1H CKC de France Levet-Labry eric 11:26:13
30 24 K1H CR Bruxelles kayak Berghmans Jacques 11:31:15
31 57 SUPH Vieux Boucau Surf Club Dode Florent 11:33:53
32 49 K1H CKC Argentat Beaulieu Savarro Brice 11:36:38
33 30 K2MR CKC de France Le Jeune Fabien, Gueltan Nathalie, Forgiarini Bruno, Chollet Sylvie 11:37:30
34 7 K1MR AL Marsac Kimberley Tatiana et Maxim 11:40:06
35 42 C9 CE Latécoère 11:43:51
36 12 K2H Delannoy Nicolas, Ferron Etienne 11:45:30
37 18 K1H CKLOM Lyon Lagnau Georges 11:47:22
38 19 K1H CKLOM Lyon Le Restif Hervé 11:47:23
39 51 K1H Turngemeinde München Hoffmann Jörg 11:51:19
40 16 K1D Grenoble Alpes CK Timoshenko Erika 11:52:06
41 14 C9 Devizes Canoë Club 11:57:32
42 13 K2H Paris Lesenfant Mickaël et Yohann 12:36:24
57 38 SUPH Le Bono Remoiville Patrice 12:49:58
54 35 K2H CUPPEV Pau Filipezak Jérémy, Fulleringer Benjamin 13:10:47
56 37 K2H Beaulieu(19) Aznar Fabien, Salavert Laurent 13:16:30
53 25 K2H Limoges Marc Bertrand, Aubour Jean 13:50:12
44 2 K2H CKC Sens Debuck patrick, Jarillot Pascal 100 km
48 1 K2M CKC Sens Cartier Gérard, Cartier Michèle 84 km
49 33 K2HR Libourne (33) Mengual Clément, Hernandez Ludovic, Brammery Stéphane, Chambareteaud Sébastien 84 km
50 34 K2HR Libourne(33) Glipa Donald, Bramery Frédéric, Audrerie Vincent, Hammouda Pascal 84 km
51 39 SUPH Blagnac Siegel Franck 84 km
52 44 K1H Les Casselards Chevallier Frédéric 84 km
45 52 K1H Canoë München Klub Müller Wilhem 70 km
46 55 K1H Dolomieu (38) Maché Raphaël 70 km
47 56 K1H St Didier (38) Ferrand Eric 70 km
43 54 K1H Lussac (33) Jourdan Jean-Charles 70 km
Revenir en haut Aller en bas
Françoise




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 14:29

Bravo à tous ! Que d'efforts consentis à se dépasser ! Félicitations à Paul qui réédite et avec quelle performance ! Bravo Serge très beau résultat ! Bravo Jacques pour ta première édition et tes appréhensions surmontées ! Bravo et Contente J-P que ton épaule ne soit pas fichue !Bonne récupération ! :-)
Revenir en haut Aller en bas
Fabody

avatar


MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 15:15

Superbe les gars! Et quel plaisir de vous lire!

A bientôt!

fabienne
Revenir en haut Aller en bas
Serge
Admin
avatar


MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 18:29

Magnifique! bravo à tous les quatre!
Purée, c'est beau! cheers
Merci pour le compte-rendu, JP. Vibrant d'émotion! drunken
Revenir en haut Aller en bas
Lala3




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Lun 18 Mai - 19:13

Super les gars!!!
Félicitation aux solos et génial pour votre travail d équipe au duo!
Franchement, un grand BRAVO à vous tous. Razz
Revenir en haut Aller en bas
Schwalbe
Admin



MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mar 19 Mai - 9:35

Une aventure pareille, cela donne envie d’être plus long qu’à l’accoutumée.

Après la vision de Jean-Pierre, je vous propose un autre compte rendu. Et quelques photos, car cette expérience est vraiment unique. Regroupez d’abord 7 bonshommes dans un VW Transporter (merci à Nathalie Guban pour le prêt de son véhicule : confort, efficacité et puissance permettent d’arriver à bon port sans trop de fatigue, malgré les 800 bornes de la route), pendant 9 ou 10 heures et vous aurez compris que cela caquète au moins autant qu’un groupe de nanas en goguette. Les hommes et les femmes ne sont pas si différents finalement. Nous sommes hébergés sur le stade d’Argentat, en bordure du terrain de Rugby. Les jeunes s’entrainent en soirée, des souvenirs de jeunesse me reviennent en tête (« le môle, merde, le môle ! » pour ceux qui connaissent). Avant de monter la tente, le premier réflexe est d’aller regarder la rivière. Cela semble pousser ferme. Le courant est bien présent. Le décor est proche de l’Ourthe, en plus grand, plus vert, plus sauvage. Alors que nous montons les tentes, Paul et Serge G sont déjà sur l’eau. Argentat est un village splendide avec ses maisons à colombage accroché aux flancs de la colline. Le pont de pierre décoré des deux lettres R et F domine : Vive la République. Je me sens gavroche parmi les compétiteurs. Alain affiche un tour de bras impressionnant, sa préparation n’a rien d’une sinécure! Notre J-P est affuté comme une lame de rasoir. Serge G a une condition et une technique de premier ordre, sans parler de Paul Vanneste qui cumule expérience, technique, et condition hors pairs ! Et le touriste de service, votre serviteur… en K-Mer, va devoir gérer. Un seul but FINIR, dju ! Et un secret espoir, tout de même, ne pas dépasser les 12 heures d’efforts….
La journée de transition du vendredi fait du bien. Longue conversation autour du café d’un bistrot de village, casse-croûte sur l’herbe et premiers coups de pagaies sur la Dordogne. Une merveille! Traversée d’Argentat et plongée dans le grand vert. Paul est parti loin devant, après avoir m’avoir attendu, J-P et Alain dans leur double ouvre le braquet : impressionnant. Je reste en mode touriste, surtout s’épargner, faire coulisser les articulations en douceur, ne pas abîmer le matos, prudence. Quelques passages secouent les hommes. Heureux d’être dans un bateau stable. Les marmites sont bien présentes, les contre-courants aussi. Lecture de rivière indispensable (un excellent exercice) mais pas simple sur ce cours d’eau. De nombreuses petites îles décorent le parcours. Par où passe-t’on ? Gauche ou droite ? Au pif.. .On verra bien! Une petite heure de mise en condition pour les 10 ou 15 premiers kilomètres. Bruno s’est fait plaisir sur les 27 premiers kilomètres, jusqu’au premier ravitaillement. Peu avant, au passage d’un seuil bien mouvementé, son bateau à solidement frotter ! Résultat, l’eau monte dans le bateau, il vidange une ou deux fois pour rejoindre Beaulieu notre lieu de rendez-vous. Oups, cela annonce la couleur pour le lendemain. Retour au camp d’Argentat, les autres participants arrivent : Français, Allemands (von München ,bitte schön !!), des Anglais en C9, la dernière championne du Devizes-Westminster en K1 solo, et ses deux enfants en R1 relais. Nous y reviendrons.
On prépare les bateaux. Si le rythme est en mode mineur, la pression monte, entre concentration, inquiétude, nervosité et impression de participer à quelque chose de vraiment hors-norme. Nous sommes des privilégiés, certes, mais on va en chier !
On va à la rencontre des autres, et partout cette ambiance déterminée… Le spaghetto bolognaise, permet de relâcher un peu les petits nerfs. Vers 22h00 nous sommes sous la tente. Quelques braillards nous cassent les oreilles jusque 22h30, heureusement ils se calment très vite. Il ne reste que 6 heure de sommeil. C’est peu.

Samedi 16 mai. Quand le réveil sonne à 4h30, c’est l’arrachement à ce cocon de toile, chaud et douillet : pas de temps à perdre. On s’habille en kayakiste, on replie tout (merci les tentes Quechua, une invention du tonnerre) à la lampe frontale. 05h00 petit déj et café indispensable. Je ferai l’erreur d’en boire de trop….vous comprendrez plus loin. Le K-Mer est posé sur les roulettes depuis la veille. Direction l’embarcadère à quelques centaines de mètres. Il est 6heures et on rejoint le centre d’Argentat. Les kayaks arrivent au compte-goutte sur la ligne de départ. Le stress monte très vite. Le courant pousse les bateaux les uns contre les autres. 3 SUP ont rejoints les concurrents. De la folie ? De l’inconscience ? Nous verrons bien. Ma petite horloge sur le bateau affiche 06h43 quand le décompte prend fin et que les chevaux sont lâchés. Certains ont le mord aux dents, d’autres (comme moi) se la font avec les rennes sur l’encolure… Premier coup de pagaies tranquille. Il faut absolument s’épargner. Je me retrouve dans le dernier tiers. Un long serpent de kayaks s’étale très vite. Les courbes sont au rendez-vous. Il y a longtemps que je ne vois plus Serge G, Paul ou le double de J-P et Alain. Après une demi-heure de descente. La pression de la vessie se fait trop forte. J’ai mal géré le café. Trop bu, trop de stress, et il faut que je fasse la pause. Indispensable soulagement en débarquant près d’un pêcheur médusé par ce groupe bien matinal. Le temps de reprendre la rivière et je suis… bon dernier ! Wouaw, drôle de sentiment. Un brin étonnant, et puis il se dégage une forme de fierté. 58 bateaux au départ, et je suis…le dernier ! Un honneur, non ? C’est ainsi que je calme mes impulsions de tirer fort. A raison. Au bout de 20 minutes de solitude totale, bercée par la lecture de la rivière, les recherches de position de confort, et à profiter d’une nature généreuse, en refaisant les scénarios des films « Into the Wild » ou «Deliverance » je rejoins deux doubles. Quelques échanges verbaux et on continue. La petite tocante accrochée devant l’hiloire me rassure. Sur le tracé de la veille, j’avais mis 53 minutes. Aujourd’hui, j’en ai mis 54 en perdant 7 minutes d’arrêt pipi ! 7 minutes, oui, une fameuse vessie ? Non, des fringues mal choisies ! Une combi qui n’a pas de zip au bon endroit et qui oblige à retirer, le dossard, le gilet de sauvetage, et le pull, avant de pouvoir se laisser aller à ce besoin naturel. Et re-perte de temps pour se rhabiller. Je décide de laisser la combi rouler sur les hanches, on verra ce que cela donne pour le confort. La rivière continue. Cette première partie fait penser à la Semois exposant 3 ou 4. Le massif forestier repose sur une structure granitique.
Je rattrape quelques places et remonte les trois SUP. Si l’activité n’est pas trop à mon gout, il faut admettre que l’élégance et la grâce sont au rendez-vous. Les gars maîtrisent le sujet. Ces « Christ » modernes qui marchent sur l’eau ont bien du courage. En arrivant à dix mètres du premier, je le vois qu’il pose sa pagaie sur la planche, profite d’un courant doux, pour se soulager en quelques secondes. En arrivant à sa hauteur, une fois qu’il a remis son organe au chaud, je lui lance que c’est un gros avantage sur le kayak que de pouvoir se soulager ainsi, debout sans perdre une seconde. Et il me lance amicalement : « tu as eu de la chance que le vent n’était pas trop fort, sinon tu en aurais pris plein la poire ». Ah le romantisme des sportifs !!!! On arrive à Beaulieu. Premier ravitaillement : et premier constat. 27 bornes en 02h04 avec du courant. Sachant que plus tard, ce sera plus plat et plus calme, il ne faut pas prendre la pose aux pauses ! Une banane, un jus de fruits, des raisins secs et hop on saute dans le kayak, toujours dégoulinant du dernier train de vagues, pas le temps de se changer !
Quelques coups de pagaies, et il faut passer un petit barrage abaissé. Le lourd K-Mer vient taper l’arrière sur le bord du seuil. « Aie », me dis-je. Les minutes suivantes sont anxiogènes. Heureusement la fibre à résisté, ce n’est que le vernis qui est gratté et le bateau ne prend pas l’eau. Les dernières maisons de Beaulieu, s’étirent. La vallée s’élargit pour faire place à la plaine fertile aux élevages de canards. Futurs délices pour les gourmands que nous sommes ! Vingt kilomètres plus loin, le second ravito réserve une surprise, Bruno est sur l’île, agitant les bras : « par ici jaco, par ici, là il y a de la place tu peux débarquer ». Il m’aide à sortir le bateau. J’en profite pour manger une banane et des fruits secs. Le tiers de la course est engrangé. Il s’agit bien d’une course. Personnellement, c’est une course contre la fatigue, contre moi, contre le temps, pour essayer d’arriver avant le délai imparti de 14h00 : à 20h30, obligation de s’arrêter au premier pont et de rentrer avec l’assistance ! Non surtout pas cela !
Voir un visage familier, et le réconfort des quelques paroles de Bruno fait du bien au cœur et au moral. Il est excité par la course qui se joue en tête. Serge G est devant Paul. J-P a failli voler au jus en rembarquant. Ces nouvelles du groupe donnent des ailes. Direction le prochain ravito : 23 kilomètres plus loin. Petit à petit on continue à remonter le classement, je rattrape, un jeune garçon, il semble tout petit dans son Rivière. Dans mon Anglais de cuisine, je lui demande si tout va bien. Il me répond gentiment en Français que tout se passe bien. Je lui demande son âge : 11 ans !!!! Je suis sur le cul ! Il fait la descente en relais avec sa sœur de 13 ans. La Maman est en course aux avant poste (première femme) . Le papa est en voiture et assure la liaison entre les ravitos. Impressionnant. De la graine de champion, des gênes sans doute prédisposés et une éducation « à la British » !!! Que réservera le passage de l’adolescence à ces jeunes ?

Le troisième ravitaillement arrive à point. La moitié du parcours est enquillée. Septante bornes au compteur et les premières vraies douleurs sont là. L’avant bras droit fait des siennes. Il faut que je modifie ma prise sur la pagaie. La paume des mains s’irrite et les doigts se crispent avec difficulté sur le manche. La volonté va entrer en action. Les paysages traversés serviront de motivation supplémentaire. On glisse gentiment entre les gigantesques parois calcaires. Les virages sont à nouveau plus nombreux. Quelques touristes en kayaks demandent d’où l’on vient et où l’on va. Certains feront le même trajet que nous mais en 3 jours… Je doute sérieusement de ma santé mentale. De nombreux châteaux ont émaillé le trajet. Certaines sont des demeures du XVII ème siècle, volets clos attendant les propriétaires, pour d’autres de simples donjons médiévaux à l’abandon. Une merveille. Sans parler de la nature ! Les truites bondissent près du kayak. Des pêcheurs au lancer font virevolter le fil et la mouche. Quelle élégance. Certains restent paisiblement sur des barques à fond plat, équipé de petit moteur électrique. L’un d’entre eux accroche une belle prise. Le temps de retirer le crochet et il rejette le poisson à l’eau qui file se mettre à l’abri derrière les rochers.
Les oiseaux ne sont pas en reste. Hérons qui prennent leur envol majestueux à 3 mètres du kayak, trente centimètres au dessus de l’eau, bergeronnettes qui tressautent au passage des pagayeurs, rapaces qui tournoient à dix mètres sur nos têtes, nous sommes gâtés. L’attention doit rester constante : ces quelques instants d’égarement me font rater un virage : je me retrouve entrainer dans une gravière et le bateau racle dans un bruit qui blesse l’oreille. Le polyester s’abime mais ne rend pas la main, toujours étanche le K-Mer malgré ce passage brutal ! Et puis la splendeur des sites reprend ses droits : au loin des parapentistes profitent des ascendances aux bords des falaises. Quelle vision !
Les kilomètres s’égrènent. La douleur augmente, la fatigue prend possession des muscles. La beauté des lieux aident à gérer tout cela. Souillac est en vue. Sur la table du ravito, des pots de rillettes de canard et de la baguette. Irrésistible ! Je me fais un de ces « casse-dalle » du tonnerre de Brest, pardon, de Souillac ! Extraordinaire, le corps morfle et on lui donne des mets savoureux à déguster… Je suis au paradis !!! Tant pis pour les éventuelles conséquences lors de la digestion. Le corps est en mode usine : et tout se passe bien, pas de gros coup de pompe après ce délice…rapide, en quatre minute le giga-sandwich est avalé. Je suis devant les deux C9, une équipé française composée d’un comité d’entreprise, et une équipe anglaise. Cela me permet de ne plus perdre de temps pour débarquer aux ravitos. Je tiens à garder cette avance. Quelques kilomètres plus loin , j’entends un grondement céleste… un biplan de toute beauté survole la région. Le cockpit loin à l’arrière de la carlingue, je devine le pilote revêtu du casque de cuir, de l’écharpe blanche, une main nonchalamment posée sur les gaz, l’autre délicatement serrée sur le manche à balai. Mon esprit divague. Le son du moteur s’éloigne… Et je retrouve cette solitude qui me plait tant. Les ampoules des mains éclatent en silence. Une demi-goutte de sang n’a pas le temps de sécher. Plonger la pagaie plus profondément dans l’eau froide permet de soulager les frottements.
On continue. Un dernier ravitaillement et l’espoir donne de l’énergie. La fin n’est plus très loin. Et comme le dit Jean-Pierre, l’apparition de Laroque-Gageac au détour d’un large méandre est une surprise de taille. Des quais verticaux, deux débarcadères, je devine une petite route devant les maisons de pierre accrochées à la roche. Une splendeur. La fatigue, l’envie d’arriver au bout, m’empêchent de sortir l’appareil photo. Regardez sur le Net, les photos parlent d’elles-mêmes. A l’entrée du village, deux membres de l’organisation m’encouragent en applaudissant. Ils me signalent qu’il ne reste qu’un virage et hurlent : « bravo, la Dordogne Intégrale, on l’a faite ». Je commence à y croire.
En glissant le long des pontons, deux gabares avec des touristes passent en douceur. Leurs vagues régulières brisent le calme de la surface de l’eau. Je m’amuse en répondant aux signes des touristes et du pouce levé à mon intention par le gabarier, le capitaine de l’embarcation. Un petit geste, qui va droit au cœur!
Le château de Castelnaud se dresse majestueux, le pont se voit de loin, et juste devant, je devine une banderole. Serait-ce l’arrivée ? Je jette mes dernières forces dans la Dordogne. Les amis sont sur la berge sous l’arrivée, propres et applaudissant avec d’autres concurrents arrivés depuis longtemps. Bingo, ma petite montre de bord affiche un peu de plus de 11h30. Quelle joie de retrouver le groupe et de pouvoir partager l’expérience et les impressions de chacun.
L’endroit se mérite. Si vous cherchez une motivation pour pagayer et accumuler des centaines de bornes durant l’hiver, pensez à la Dordogne pour l’année prochaine. Elle ne se gagne qu’au prix de nombreuses heures d’entrainements. Et même en relais, il faudra bien assimiler la lecture de rivière et affuter les corps. A songer pour monter un groupe !
Après quelques minutes à récupérer, il reste une envie devant ce feu d’artifices de beauté : quand est-ce que l’on recommence ? Vivement la prochaine édition.

Merci aux organisateurs du club d’Argentat-Beaulieu, merci au groupe pour la super ambiance, le partage de ces impressions et expériences, merci à Jean-Claude et Bruno pour l’accompagnement et pour les blagues débiles qui soulagent les neurones. Une première pour moi, c’est clair, ce ne sera pas la dernière !



Et voici les photos:

https://www.flickr.com/gp/132078890@N02/3E7f5q
Revenir en haut Aller en bas
Codie

avatar


MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mar 19 Mai - 11:09

Schwalbe a écrit:
Le temps de reprendre la rivière et je suis… bon dernier ! Wouaw, drôle de sentiment. Un brin étonnant, et puis il se dégage une forme de fierté. 58 bateaux au départ, et je suis…le dernier ! Un honneur, non ?


Je dois dire que c'est un sentiment que je connais... Eh bien oui ce n'est pas désagréable ! On a la sensation d'une liberté retrouvée dans ce monde qui vous met sans cesse sous pression. On ressent plus la nature, on s'autorise des photos. On n'est plus à un arrêt pipi près... Les contacts entre "derniers" sont souvent très sympas !

Merci beaucoup pour vos beaux textes très complémentaires.

JP : heureusement que tu as des dons cachés de kiné... ou alors tu es tombé dans la potion magique lorsque tu étais petit ! Soigne bien ton épaule pour qu'on puisse encore vivre beaucoup de belles aventures sous la protection de notre Obélix !

Félicitations à tous !  cheers
Revenir en haut Aller en bas
BERGHMANS LUCIEN




MessageSujet: Re: Dordogne Intégrale   Mar 19 Mai - 14:08

Très complémentaires ces 2 superbes textes; vous nous faites vibrer...on sent que c'est du vécu intense!!!
Revenir en haut Aller en bas
 
Dordogne Intégrale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Dordogne intégrale - 7 mai 2016 - course de 130 km sur 1 journée ouverte aux SUPs
» Dordogne intégrale le 27 mai 2017
» 1er juillet: l'Intégrale de Riquet 240km/48h
» Housse intégrale
» [ Actualité : Nouveauté ] Ferrari Four : une limousine américaine à traction intégrale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KAYAK-NORD :: Sorties - randonnées-
Sauter vers: